Cœur ou tête ? Qu’est-ce qui vous définit ?

Cette dualité cœur-tête est au cœur de nos vies, et de toutes nos décisions, depuis des centaines d’années déjà – l’être humain est fait ainsi. Alors que la tête est régulièrement associée au côté logique et rationnel, le cœur s’approprie volontiers le côté émotif et impulsif de l’être humain. Dans le meilleur des mondes, nos actions seraient guidées à parts égales: 50 % par notre cœur et 50 % par notre tête. Mais ça ne serait pas aussi amusant… 😉

Femme de coeur

Quand le cœur l’emporte 

Vous l’aurez sans doute deviné, je suis une femme de cœur et d’émotions avec des hauts (très hauts) et des bas (très bas):

  • Je suis sensible, très sensible (peut-être trop), et je ne m’en cache pas.
  • Je suis impulsive – ne vous attaquez pas à ma famille ou à mes amis, car vous pourriez le regretter.
  • Je suis spontanée – l’expression «Tourner sa langue 7 fois avant de parler» aurait pu être inventée pour moi. 😛
  • J’ai du mal à contrôler mes émotions: je pleure lorsque je suis heureuse, je pleure lorsque je suis triste, je pleure lorsque je vois une injustice, je pleure en regardant un film… Je pleure TOUT LE TEMPS: je suis une braillarde. LOL
  • Etc.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours laissé mon cœur/mes émotions me guider dans mes décisions. La raison, le côté logique et intellectuel de mes actions, arrive souvent loin derrière… Est-ce une bonne chose ? Pas toujours ! C’est pourquoi il existe des professionnels. 🙂

Les plus grandes décisions de ma vie

Lorsque j’ai décidé de quitter le nid familial à 18 ans pour aller habiter avec mon amoureux, mon premier vrai « chum », c’est mon cœur qui a parlé. Lorsque j’ai décidé de me marier en plein hiver avec seulement quelques mois de préavis pour tout organiser, c’est mon cœur qui a parlé. Lorsque j’ai décidé d’avoir des enfants, c’est mon cœur qui a parlé. Lorsque j’ai décidé de quitter un emploi stable pour être heureuse, c’est mon cœur qui m’a guidée. Lorsque j’ai dû prendre la décision de changer ma fille d’école pour son bien, c’est mon cœur qui m’a guidée aussi. Je suis une femme de cœur; c’est plus fort que moi. Dès que la décision fait appel à mes émotions, mon cœur s’emballe.

Mon mariage

Lorsque mon mari m’a enfin fait LA grande demande, après plus de 7 ans de fiançailles, c’est mon cœur qui a dit oui et qui s’est occupé de tout planifier, et ce, dans le plus grand des empressements. En seulement quelques mois, j’avais acheté ma robe de mariée et mon mari son habit de noce, nous avions trouvé la salle, choisi LE gâteau, annoncé la bonne nouvelle à notre célébrant et à notre entourage… Nous étions mariés.

Évidemment, j’aurais aimé me marier dans une église et aller rejoindre mon mari au bout de l’allée. J’aurais aimé organiser la plus belle et la plus festive des réceptions. J’aurais aimé… Mettons que si ma tête avait été de la partie, mon mariage aurait été différent. 😉 C’est dans des situations comme celle-ci que je regrette d’être une femme de cœur. Je ne regrette pas mon mariage, nuance, mais mon mariage aurait pu être différent si j’avais été un peu plus patiente, si j’avais voulu prendre un peu plus mon temps, si… Une chance que mon mari est un peu plus rationnel que moi sinon nous aurions sans doute célébré notre mariage à Las Vegas avec Elvis – c’est une solution que j’ai réellement envisagée. Hahaha! P.S. Comme la « saison » des mariages est à nos portes, je vous laisse ce petit visuel fort instructif – je suis certaine qu’il répondra à quelques-unes de vos questions.

mariage
Source de l’infographie: Brunet et associés

En conclusion

En vieillissant, j’essaie de ralentir mes ardeurs et d’être un peu plus rationnelle. Je n’hésite pas à faire appel à des professionnels pour m’aider dans mes démarches. Pourquoi ? Parce que je sais que chaque décision que je prends peut avoir un impact réel sur ma vie, mais également sur celle de ceux que j’aime: ma fille, mon mari et mes amis. Ne faites pas comme moi. Prenez le temps de comprendre l’enjeu de chacune des décisions que vous vous apprêtez à prendre et surtout, soyez fiers de vos choix.

Ma prochaine grosse décision nécessitant un professionnel ainsi que ma tête ? Faire un testament et choisir un tuteur pour ma fille – ça peut sembler lugubre comme tâche, mais comme on ne sait jamais ce que la vie nous réserve, il est préférable de planifier ce genre de choses. Ainsi, on s’assure de laisser les gens qu’on aime dans des circonstances un peu plus douces.

Bon à savoir: Cet article commandité est présenté en collaboration avec Brunet & Associés.

Pour lire d’autres articles écrits par Mélanie Little, cliquez ici.

mm
Je suis Mélanie Little, la personne (depuis 1982), la mère (depuis 2008), l'épouse (depuis 1999) et la fondatrice/rédactrice en chef de Mamans avec opinions (depuis 2015) - celle à l'origine de ce beau projet. Éducatrice spécialisée de formation, j'ai une attirance pour tout ce qui touche, de près ou de loin, à la communication, à l'écoute et à la relation d'aide. Je suis celle que vous risquez de voir prendre la parole lorsque vient le temps de défendre une injustice ou de soutenir une cause. Mais je suis également celle qui aime papoter, lire, écrire et jouer à des jeux de société. Simple, accessible et très sociable, j'entre facilement en interaction avec "les autres".

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here