Problèmes de peau ? Acné, rosacée… 1/4

Par Mélanie Trudeau

Cicatrices d’acné ? Rougeurs ? Rosacée ? Pores élargis ? Ça vous dit quelque chose ? En ce qui me concerne, c’est malheureusement quelque chose de connu – ça fait partie de ma vie depuis TROP longtemps déjà. Adolescente, je n’ai jamais eu de « gros » problèmes de peau: quelques boutons par ci et par là, mais rien de dramatique. Un bon nettoyage du visage matin et soir, un peu de crème à base de peroxyde, du temps et mon visage était de nouveau harmonieux. Au début de ma vingtaine, tout a basculé et les boutons m’ont littéralement rattrapée. Ils faisaient même la « file » l’un à côté de l’autre/l’un en dessous de l’autre sur mes joues, mon front, mon menton… Découragée, j’ai consulté pour la première fois de ma vie une dermatologue – ce jour-là, j’ai appris que je faisais de la rosacée et que j’avais une peau à tendance acnéique, deux choses dont je me doutais fortement. OK, je ne savais pas que « mes rougeurs » avaient la chance d’avoir un nom bien défini, mais je me doutais bien qu’il y avait anguille sous roche –  ce n’était tout de même pas la faute du soleil et de mon SPM. Avez-vous déjà vu quelqu’un avec un coup de soleil à longueur d’année, vous ? Moi, non ! Selon le site Internet SansOrdonnange.org, la rosacée est une maladie chronique de la peau. Elle se distingue par des rougeurs, des petits vaisseaux dilatés et des boutons apparus sur le visage.

Dans la vingtaine…

Quelques années ont passé et je n’étais toujours pas redevenue la femme que j’avais l’habitude d’être et de voir – mes boutons étaient en train de m’anéantir psychologiquement et physiquement. Ma réalité était de moins en moins agréable, mon estime était à son plus bas et je fuyais volontairement miroirs et caméras. Ma vie ne pouvait pas continuer ainsi. Je me devais de faire quelque chose. De trouver une solution permanente. Je n’allais tout de même pas mettre en branle le « projet bébé » en ayant le moral à zéro ?! Après une énième visite chez ma dermatologue, je suis sortie de son bureau avec une prescription d’Accutane entre les mains. Découragée, j’ai décidé d’essayer LA solution miracle que me proposait ma dermatologue. Quelques mois après avoir commencé le traitement, mes boutons étaient de moins en moins visibles, mais ma peau avait beaucoup de difficulté à s’en remettre: elle était de plus en plus sèche et fragile. Mais le traitement fonctionnait, donc j’étais heureuse je croyais que j’étais heureuse. Or, les traitements contre l’acné sont fortement irritants pour les peaux sensibles atteintes de rosacée, mais à cette époque, je ne le savais pas encore… Le « traitement » a cependant semblé fonctionner pendant quelques années – jusqu’à la naissance de ma fille. Par la suite, les boutons se sont tranquillement réinstallés et, comme ma peau souffrait d’inflammation, mes rougeurs ont recommencé à paraître. Quand j’ai arrêté la pilule contraceptive pour de bon, mes boutons en ont pleinement profité. Depuis, j’ai une relation amour-haine avec mon visage…

Dans la trentaine avancée…

En vieillissant, je me rends compte que l’important, c’est d’être bien dans sa peau et de s’accepter telle que l’on est. Mais s’accepter, ça ne veut pas dire se négliger ou se laisser aller. S’accepter, c’est être capable de se regarder dans le miroir et de se trouver beau… même sans maquillage. C’est se maquiller par plaisir et non par obligation pour cacher nos « p’tits inconforts ». C’est profiter de la vie pleinement, sans se restreindre. C’est regarder son « p’tit mou » de ventre et se rappeler que nous avons porté un enfant et donné la vie. C’est…

Quand ma fille me regarde avec des points d’interrogation dans les yeux et qu’elle me demande, tout inquiète, pour la 10e fois de la semaine, et j’exagère à peine : « Ça va maman ? », parce que je suis rouge (très rouge, trop rouge), ça me blesse profondément et j’ai le goût de me coucher en petite boule pour pleurer.

Si ma fille voit mes rougeurs malgré mon maquillage, c’est que tout le monde peut les voir. Si je n’arrive plus à les cacher, qu’est-ce qu’il me reste comme option ? Les accepter ? Il n’en est pas question ! Je ne veux pas accepter mes rougeurs, je veux m’en débarrasser – au revoir, bye bye, adiós, arrivederci rougeurs et boutons…

Peau Montréal

Se perdre dans ses pensées. Naviguer sur le net à la recherche de LA solution miracle. Penser à des solutions aussi radicales que la chirurgie plastique. Ouf ! Comment ne pas se perdre dans cet univers d’informations qu’est Internet ?! Heureusement, après quelques recherches sur le net, et grâce à quelques bons mots clés, j’ai découvert Peau Montréal, un spa médical et un centre de laser, qui offre une variété de solutions (procédures) à tous vos problèmes de peau, ou presque. Intéressant, non ?! Après quelques échanges de courriel avec Peggy Evans, une spécialiste du service à la clientèle chez Peau Montréal, et quelques recherches sur le Dr. Manish Khanna sur RateMDs, j’étais rassurée. Saviez-vous que le Dr. Manish Khanna était le sixième meilleur dermatologiste sur 272 à Montréal ? Qu’il est l’un des plus grands dermatologues et chirurgiens dermatologiques au Canada ? Qu’il est l’un des douze médecins au Canada à pratiquer la chirurgie micrographique de Moh, une technique très avancée pour l’ablation des cancers de la peau à haut risque ? Et j’en passe. Son curriculum vitae est assez impressionnant, mais surtout, très rassurant pour une anxieuse comme moi.

Ma première visite à Peau Montréal

La clinique est située à Montréal. De l’extérieur, le bâtiment qui regroupe plusieurs professionnels/entreprises est correct – sans plus. De l’intérieur, c’est plutôt « beige ». Mais dès qu’on passe la porte de Peau Montréal, tout devient harmonieux. Le personnel est chaleureux, l’endroit est agréable à regarder et surtout, non bruyant. On prend plaisir à y être – les clients semblent très proches des médecins et du personnel: j’ai même vu un homme, à la peau plus que parfaite, faire une accolade au Dr. Khanna.

Le système d’analyse de la peau VISIA

Avoir une peau en santé est important, non seulement pour des raisons esthétiques, mais aussi parce qu’elle nous protège des assauts de l’environnement.

Si vous pensiez que l’examen gynécologique était un « passage obligé » stressant, laissez-moi vous parler de ma visite chez PEAU et de ma mise à nue en présence du personnel de la clinique et de VISIA. Je ne sais pas pourquoi, mais cette journée-là, sachant qu’on allait devoir me démaquiller pour analyser ma peau, j’ai décidé, tout bonnement, de ne pas me maquiller – j’ai même poussé l’audace jusqu’à nettoyer ma peau en profondeur avec ma Clarisonic, une brosse de nettoyage sonique, avant ma visite. Grosse erreur ! Ma peau était encore plus rouge que d’habitude. 🙁

Arrivée sur les lieux, j’ai eu la chance de m’entretenir avec Sylvie Denis, une esthéticienne médiale très impliquée, alors que j’étais visiblement très nerveuse (bras et jambes croisés + rires nerveux + regard fuyant). J’avais cependant une bonne excuse (mettons): j’allais bientôt avoir mes règles (et pas celles de grammaire) et mes rougeurs, sans maquillage, me rendaient tellement inconfortable – j’avais l’impression qu’on ne voyait que cela en me regardant. Après quelques mots, j’ai éclaté en sanglots devant Sylvie… Ouf ! Pas évident ! Mais elle a pris le temps de m’écouter, de me rassurer, de s’informer sur mes inquiétudes, etc. Quelle belle attention ! Après mon anamnèse, mon historique personnel, on est allé prendre quelques photos… avec et sans VISIA. Voici donc, en toute humilité, d’où je pars – vous verrez ainsi mieux les améliorations.

Peau Montréal
Crédit photo: Peau Montréal

VISIA voit TOUT et sait TOUT

Il est plutôt rare de voir quelqu’un avec un problème quelconque être à l’aise avec celui-ci, non !? Bref, on a pris 3 photos de style studio et 3 photos avec VISIA. Sylvie, l’esthéticienne médicale que je souhaite revoir pour mes futurs traitements, m’a ensuite parlé de ma peau. Dans l’ensemble, malgré mes problèmes, elle m’a rassurée: « Ce n’est pas si pire que cela, je te rassure. Côté taches liées aux UV et les taches brunes, ça va. Côté rides/rides profondes, ça va également. Côté pores dilatés, c’est très bien. Mais côté rougeur, éruptions cutanées, bactéries et texture, il y a visiblement du travail à faire. »

Crédit photo: Peau Montréal

Comme VISIA analyse en profondeur et de manière individuelle tous les aspects de votre teint qui contribuent à votre apparence générale, il permet également une évaluation objective de la santé globale de votre peau. Grâce à VISIA, vous verrez au-delà des apparences, vous verrez à travers votre peau – c’est encore mieux (lire ici pire) qu’un miroir grossissant. Qu’on parle ici de dommages cutanés ou de signes de vieillissement invisibles à l’oeil nu, VISIA voit TOUT et sait TOUT, sur VOUS: éruptions cutanées, rides, texture, pores, taches liées aux UV, taches brunes, zones rouges et porphyrines.

Suite à cette analyse en profondeur, un examen minutieux de votre analyse détaillée combiné à l’évaluation du dermatologue permettront aux professionnels de PEAU d’élaborer un plan de traitement personnalisé qui conviendra à votre peau et à vos besoins. En ce qui me concerne, ma peau souffre visiblement de rosacée (rougeurs et boutons), mais pas de manière dramatique – et pourtant ! J’ai également appris que mon visage souffrait de dermatite*; je connais enfin LA raison qui fait en sorte que ma peau me démange au point de me gratter jusqu’au sang.

*Communément appelée eczéma, la dermatite est une éruption cutanée qui se décrit comme des rougeurs, de la sécheresse, des fissures et des démangeaisons.

Ma rencontre avec le Dr. Khanna

Cet homme est doux, gentil, attentionné, et j’en passe. Il prend son temps – je n’ai jamais senti que je le dérangeais. En seulement une visite, il a pu me donner de précieux conseils pour améliorer l’état de ma peau sans avoir recours à des technologies. Pour m’aider avec:

  • ma dermatite, il m’a prescrit une crème miracle, Elidel. Et vous savez quoi ? Ça fonctionne vraiment. Après 2-3 applications, mon visage est à nouveau doux. Mon mari n’en revient tout simplement pas – ma peau rêche a disparu, et mes « boutons de fond »* aussi. C’est tellement réconfortant…
  • ma rosacée, il m’a prescrit Rosiver, une crème à base d’ivermectine – LA crème que vous devez essayer si Noritate ne fonctionne pas. Vraiment. Je l’utilise assidûment depuis maintenant 1 mois et mes rougeurs ont diminué. Et la technicienne m’a rappelé qu’il était primordial, pour une personne comme moi, de protéger mon visage des rayons UV, et ce, même si le soleil n’y est pas et que c’est plutôt nuageux. Pour ce faire, j’ai décidé d’acheter, sans aucune pression, « Sunforgettable Brush-on », une protection solaire FPS 50 en poudre pour les rayons UV, qui s’applique seule ou sur le maquillage. Pour en savoir un peu plus sur cette poudre, cliquez ici.
Crédit photo: Mélanie Little

*Boutons qui étaient présents en permanence sur mon front et mes joues depuis trop longtemps.

En conclusion

J’entreprendrai, très bientôt, des traitements de BBL pour unifier mon teint et atténuer mes rougeurs. J’aurai donc la chance de vous reparler de mes problèmes de peau et de l’amélioration de cette dernière très bientôt. Pour l’instant, je trouve que l’état de ma peau est déjà mieux qu’il y a un mois et je dois avouer que je souris à pleines dents juste d’y penser. Merci pour tout Dr. Khanna.

P.S. Mettre ses émotions de côté et ne plus se cacher derrière du maquillage est parfois difficile à faire, mais tellement nécessaire pour son bien-être. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *