Culpabilité, quand tu nous tiens!

Je vous l’avoue, je me sens facilement coupable. La culpabilité me ronge pour un oui ou pour un non, à cause de mes enfants, de mes parents, de mon travail, de mon conjoint et même de mon ménage qui n’est pas fait.

Culpabilité
Crédit photo: www.freepik.com

La famille et la culpabilité

C’est dans ce département que je culpabilise le plus. C’est fou! Tenez, en voici un exemple. Je suis invitée à un souper de fête d’un membre de la famille que j’affectionne tout particulièrement. C’est tôt un dimanche soir, et c’est sur la Rive-Sud, dans un restaurant. Comme mon conjoint travaille, je sais que je serai sûrement seule avec mes deux filles. Même si ma mère sera là pour m’aider, ça me chicote. Je devrai goaler  pour deux. De plus, on a une fête d’enfants dans la journée. Bref, je dis non. Mais ma petite voix intérieure me fustige de mille raisons pour me faire changer d’idée. Ça va de « la déception de tous » à « ma grande insensibilité ». Je vous en épargne les détails, mais c’est quelque chose! Pourtant, cette décision en est une de logique, mais côté émotif, c’est pas mal moins simple. Est-ce dû à une trop grande sensibilité, à la peur de ce que les autres pensent? Je suis certaine que c’est plus complexe que ça.

La culpabilité au travail

C’est seulement depuis que je suis mère que je vis réellement de la culpabilité au boulot. Suis-je la seule à me sentir inadéquate ou pas assez performante quand je ne fais que les heures prévues au bureau? Pourtant, une étude portant sur la satisfaction de l’équilibre travail-famille comme gage de la santé mentale tend à dire que 82 % des femmes et 85 % des hommes sont satisfaits de cet équilibre. Ça ne laisse qu’un mince 18 % des femmes qui, comme moi, se sentent coupables de ne pas en faire assez… d’un côté, comme de l’autre!

Culpabilité
Crédit photo: www.freepik.com

Le syndrome de Wonder Woman

Sans vouloir généraliser, je crois que nous les femmes sommes plus portées à nous culpabiliser. Est-ce notre syndrome de Wonder Woman qui en est la cause? Ah! Que nous sommes bonnes pour prendre sur nos épaules des responsabilités qui ne nous appartiennent pas ou pour nous préoccuper de choses auxquelles nous sommes les seules à accorder de l’importance. Je m’explique : est-ce que c’est vraiment important que les vêtements soient pliés parfaitement, repassés même? Notre famille en sera-t-elle plus heureuse? J’ose penser que non, mais je ne peux m’empêcher de le faire quand même, c’est plus fort que moi.

Mais je me soigne

Même si c’est difficile, j’essaie de me départir de ce sentiment et d’arrêter ma décision une fois qu’elle est prise. Ceci dit, je ne le fais pas sans réfléchir aux autres ni aux conséquences de mes gestes. C’est la petite voix d’après-coup que j’essaie d’atténuer.

Et vous, avez-vous des trucs?
Pour lire d’autres articles de mon cru, c’est ici.

Révision : Stéphanie Poirier

mm
À 44 ans je peux dire que je suis sur mon «X» dans ma vie personnelle quoique toujours à l'affût dans ma vie professionnelle. Amoureuse d'un grand gaillard rencontré sur le net et maman de 2 belles filles de 6 ans et d'un bébé née en janvier 2017. Correctrice depuis juin 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here