Il m’arrive d’être une “Joanie”, à l’occasion !

Que ceux qui n’ont jamais péché lui lancent la première pierre… Par “péché”, je veux évidemment parler “des parfaits”, ceux qui réfléchissent toujours avant de parler, ceux qui ne haussent jamais la voix, ceux qui pardonnent sur-le-champ, ceux qui… “Les parfaits” se reconnaîtront et passeront sans doute leur route. Pour “les autres”, je vous invite à lire mon article dans son intégralité et à réfléchir à vos propos/votre opinion avant de vous prononcer officiellement sur le sujet de l’heure, celle dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom: la lionne d’OD Bali, Joanie.

Joanie d'OD
Crédit photo: Hollywood PQ

Joanie: le phénomène !

Joanie ne fait pas l’unanimité auprès des téléspectateurs québécois, ça, c’est un fait. Mais tous s’entendent pourtant pour dire qu’elle donne un excellent “show”. Jour après jour, ils sont fidèles au poste et prêts à se régaler des nouvelles frasques de la belle blonde. Avec elle, c’est souvent tout blanc ou tout noir – on l’aime ou on ne l’aime pas… Récemment, grâce à une sortie publique sur les réseaux sociaux, la mère de Joanie nous apprenait que sa fille avait un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) et impulsivité, qu’elle n’était pas médicamentée, mais qu’elle avait décidé de suivre une thérapie pour l’aider dans son quotidien – thérapie qui a évidemment été mise sur “pause” le temps que la candidate participe à l’émission. Ainsi, la fougueuse participante de la cuvée 2017 d’OD Bali doit présentement apprendre à vivre avec sa condition particulière – un mal dont je connais très bien les symptômes, mais à un degré beaucoup plus léger -, et ce, devant tout le Québec et sans réel soutien psychologique. Ça n’excuse aucunement ses gestes (physiques ou verbaux), mais ça peut sans doute en expliquer quelques-uns. 😉

Ce qui devait arriver arriva

En connaissant “sa condition”, il n’est pas étonnant de la voir cumuler les maladresses et perdre le contrôle de ses émotions à l’occasion. Si pour un “participant normal”, sans condition particulière, l’aventure d’OD est intense, essayez maintenant d’imaginer comment Joanie doit se sentir !?

Rappel: C’est juste de la TV !

Chaque année, “les anciens” sortent publiquement sur les réseaux sociaux et rappellent à la population que l’aventure d’OD ne ressemble en rien à la réalité (au quotidien) et qu’à l’intérieur des murs, la fiction est souvent au rendez-vous… Il y a évidemment une dominance, un trait de caractère qui ressort plus chez l’un ou chez l’autre, et dont la production se sert pour attirer les cotes d’écoute, MAIS n’oubliez pas qu’il y a du montage. Beaucoup de montage. Et que le spectateur voit ce que la production veut bien lui montrer. 😉

Téléréalité, TDA/H et impulsivité

Participer à une émission de téléréalité avec sa condition particulière n’était sans doute pas la meilleure décision que pouvait prendre Joanie, et ce ne sera sans doute pas la dernière non plus. Mais peut-on réellement la blâmer d’avoir dit “oui” à l’aventure d’OD, au quotidien à Bali, aux nombreux voyages, aux belles expériences et à la possibilité de trouver l’Amour ?! Tellement pas ! Qui refuserait la possibilité de trouver l’amour et de gagner une maison Bonneville, d’une valeur approximative de 400 000 $ ?! Personne ! 😉 Soyez honnêtes ! 😛

P.S. Les conditions de participation à une téléréalité ne sont pas, et ne pourront jamais être, optimales pour une personne comme elle qui a parfois besoin de soutien, de rappels, de repères et de routines pour évoluer “normalement”, en limitant ses débordements émotifs et ses fréquents coups de tête.

Son retour sera difficile, n’en rajoutez pas !

Il est “normal”, avec les frasques qu’on lui connait, d’être mitigé, de se questionner sur qui est Joanie et ce qu’elle fait (ses intentions), et de choisir un camp: “avec elle” ou “contre elle”. Mais est-ce vraiment utile de se prononcer ? De la traîner dans la boue ? De jouer au psychologue ? De lui en vouloir ? D’exiger son départ ? D’envoyer des messages de haine à sa mère ? De… ? Si Joanie représentait un réel danger pour les participants et/ou pour elle-même, ne pensez-vous pas que la production exigerait son départ sur-le-champ ? Il est évident que oui !

Crédit photo: Journal de Montréal

Soyez conscient !

Que vous aimiez ou non Joanie, votre opinion à son égard vous appartient. Cependant, faites attention à vos paroles. Ne vous permettez pas de la juger “at large” et publiquement, sur les réseaux sociaux.

Derrière cette jeune femme de 26 ans à tendance impulsive se cache une petite fille sensible qui ne contrôle pas encore parfaitement son “super pouvoir” (le TDA/H). Cette enfant a été engendrée par deux adultes, des parents sans doute très aimants, qui ont fait leur possible (on fait toujours notre possible quand on est parent!). Soyez respectueux envers ceux qui partagent sa vie, et ravalez vos allusions blessantes et vos théories infondées. Vous ne connaissez pas la vraie Joanie – moi non plus d’ailleurs -, et vous ne la connaîtrez sans doute jamais. Vous n’avez aucune idée de qui elle est dans son quotidien et de comment elle agit dans son intimité, avec sa famille et ses amis, lorsqu’elle est loin des caméras et qu’elle contrôle son agenda. Ne vous permettez pas de la juger librement et à la moindre occasion. Rabaisser une personne pour se remonter n’est tellement pas 2017 ! 😉 Gardez-vous plutôt une petite gêne et rappelez-vous qu’elle vous a offert tout un “show”! 😀

P.S. Il n’y a pas siiii longtemps, le public québécois avait décidé de “détester” Maripier Morin, celle qui a présentement le vent dans les voiles, qui accumule les succès et qui sera à la barre de la nouvelle émission – vraiment trop drôle – Face au mur. Vous vous souvenez d’la petite tannante de l’édition de 2006, celle qui avait excessivement honte à sa sortie d’OD, qui pensait que ses parents allaient la renier et que ses frères ne voudraient plus jamais lui adresser la parole ? Ça fait réfléchir, hein !?

Révision : Mélanie Trudeau

mm

Je suis Mélanie Little, la personne (depuis 1982), la mère (depuis 2008), l’épouse (depuis 1999) et la fondatrice/rédactrice en chef de Mamans avec opinions (depuis 2015) – celle à l’origine de ce beau projet.

Éducatrice spécialisée de formation, j’ai une attirance pour tout ce qui touche, de près ou de loin, à la communication, à l’écoute et à la relation d’aide. Je suis celle que vous risquez de voir prendre la parole lorsque vient le temps de défendre une injustice ou de soutenir une cause. Mais je suis également celle qui aime papoter, lire, écrire et jouer à des jeux de société.

Simple, accessible et très sociable, j’entre facilement en interaction avec “les autres”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here