Hommage à celui que j’ai choisi.

J’ai envie de rendre hommage à celui que j’ai choisi. Celui qui, il y a 15 ans, a conquis mon cœur. On étaient jeunes, du haut de mes 19 ans et lui de ses 22, on a fusionnés. J’ai su dès le début que j’allais vivre l’aventure de ma vie; je le savais sans aucun doute.

Nos premières rencontres étaient pour moi des moments de pur bonheur. Sa douceur était d’un charme à en faire tomber. Je voulais toujours être avec lui, toujours! On a vite fait les choses, mais nous n’avons pas sauté d’étape. Notre relation s’envolait avec à bord deux âmes en parfaite symbiose. Il faut dire qu’on a tous deux eu d’excellents exemples parentaux. Mes parents étant ensemble depuis plus de quarante ans et les siens depuis cinquante ans, au moins. Le tout, toujours en amour par-dessus la tête! J’avais vraiment envie de bâtir ma vie autour de la sienne, de faire tout en mon pouvoir pour que ça fonctionne. Et quand je m’embarque dans quelque chose, c’est jamais qu’à moitié!  Après trois mois de relation, nous avons acheté notre première table de cuisine! Premier appartement? Après un an et demi. J’avais si hâte, je frémissais de bonheur!

Notre vie à deux a toujours été parfaite à mes yeux. Un peu d’adaptation, sans plus. J’étais si bien dans notre cocon. Ensuite est venu l’achat de la maison, la confirmation que d’autres bonheurs allaient suivre. Le chien, les enfants, la famille, quoi demander de mieux?

Pourquoi je l’ai choisi? Pour tout ce qu’il m’apporte. Il est pour moi une autre partie de mon être, il me complète et je le complète. On se soutient quoi qu’il arrive. Il est toujours là pour moi, toujours là pour les enfants. Mon homme n’est pas que le géniteur de mes filles, il est un père exemplaire. Nous sommes deux parents à part égale qui travaillons main dans la main au bonheur familial. Des hauts et des bas, oui, mais jamais au point de douter de notre relation. En 15 ans, je ne sais même pas si on s’est déjà réellement chicané!

On a réussi à survivre aux pertes d’emploi, aux problèmes financiers, aux enfants (oui oui, c’est une grosse étape dans un couple). On a traversé la maladie de son père, la difficulté à concevoir notre premier enfant, ma dépression, sans compter mes sauts d’humeur pas toujours faciles.

Aujourd’hui, on est toujours là, ensemble. On s’aime, je l’aime. Il est mon confident, mon ami, mon amoureux, celui aux côtés de qui je veux toujours être. On continue de se surprendre, on évolue côte à côte. Les frissons sont toujours là, ce petit chatouillis dans le bas ventre est omniprésent. Celui qui me touche droit au cœur. Marc-André, tu es celui que j’ai choisi.

Pour lire d’autres artiles de cette auteure, cliquez ici.
Révision : Chloé

mm
Je m’appelle Paule Delinelle, j’habite Pointe-Calumet dans les Laurentides. Je suis la maman de 2 fillettes : Juliette 8 ans et Alice 7 ans. L’une d’elle a un TDA (récent diagnostic). Je suis une personne très ouverte d’esprit, capable de faire la part des choses, d’accepter les critiques et de faire preuve de bons jugements. J’adore l’entraide, le soutien et je suis toujours disponible pour aider. J’ai de l’intérêt pour la gastronomie, la télévision, les sorties, les animaux, la famille et la musique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.