La dyslexie, un diagnostic qu’on redoutait…

On s’en doutait depuis quelques années déjà, mais on espérait fort – très très fort – que sa condition se stabilise, ou encore mieux, qu’elle s’améliore… Pour elle, pour ses études, pour son avenir, mais également pour son estime personnelle – et un peu pour nous aussi -, mais “la vie” en a décidé autrement: ma fille souffre de dyslexie… Le diagnostic est finalement tombé. On doit donc arrêter de jouer à l’autruche, unir nos forces, affronter la réalité en face et relever ce grand défi, tous ensemble.

Crédit photo: www.numero1-scolarite.com

Statistiques et définition de la dyslexie

Pour 88 à 92 % de la population, la dyslexie ne représente rien d’autre qu’un mot/qu’une condition/qu’une définition – et je ne porte ici aucun jugement envers “cette majorité”, car c’est tout à fait compréhensible et prévisible comme réaction. Mais pour ELLE, pour LUI et pour EUX (ce qui représente 8 à 12 % de la population), ce trouble neurologique et héréditaire, qui affecte la vitesse, la précision ainsi que la compréhension en lecture, est une condition particulière permanente qui peut avoir de lourdes conséquences (être “handicapant”), au quotidien.

Sa réalité

En ce qui concerne ma fille, chaque nouvel apprentissage relève à 25 % de ses connaissances personnelles (ses acquis instables), à 25 % de l’effort qu’elle y met et à 50 % du hasard. Quelquefois la chance nous sourit, et ma fille connait parfaitement l’orthographe d’un mot, alors que le jour d’après, elle perd ses moyens et opte pour une écriture au son, avec des fautes. Avec une personne dyslexique – un(e) enfant en plein apprentissage surtout -, les défis sont nombreux, les difficultés sont bipolaires (elles changent de direction à la dernière minute, et sans prévenir), les efforts sont colossaux et le quotidien est parfois frustrant… pour elle, mais également pour “les autres”. Même si mon mari sait ce qu’est la dyslexie, c’est plus fort que lui: il ne comprend pas comment notre fille peut oublier, du jour au lendemain, l’orthographe de ses mots, commencer à lire un mot et inventer sa fin ou mélanger ses lettres (b et d, p et q). Devant toutes les stratégies qu’on met en place pour l’aider dans ses études, et les résultats qui sont rarement proportionnels au temps et aux efforts mis, il lui arrive de se décourager, de ne pas comprendre, d’être abasourdi. C’est juste irréel pour lui – comme pour plusieurs d’ailleurs. Mais lorsque je m’arrête et que je m’interroge sur SA réalité, je me rends rapidement compte que ma fille est, au fond, une véritable championne. Qui pourrait réagir aussi positivement devant autant d’échecs, de dur labeur (de temps et de reprise), d’efforts, etc.? Pas grand monde… 😉

En conclusion

Ma fille n’est peut-être pas aussi bonne que “le voisin”, elle n’est peut-être pas toujours dans “la moyenne”, mais c’est une travaillante, en plus d’être débrouillarde, créative et tellement sensible à la douleur des autres – c’est une super humaine ! Pour l’instant, c’est difficile… pour tout le monde, mais plus tard – avec toutes les technologies mises à notre disposition, les outils et les avancées médicales -, lorsqu’elle aura compris comment se servir positivement de sa dyslexie (compenser pour ses lacunes), elle pourra escalader la montagne de son choix (accomplir de bien belles choses). Elle aura une belle vie, une bonne vie, car fondamentalement, elle est au-dessus de la moyenne. 😉

La dyslexie: les manifestations

Pour ma fille, sa dyslexie représente un véritable casse-tête. Quelquefois, il lui arrive de penser à un mot et d’en dire un complètement différent, sans réellement le vouloir ou s’en rendre compte. On dirait que son cerveau et sa bouche n’arrivent pas à s’entendre, qu’ils sont deux entités bien distinctes et qu’ils possèdent chacun leur “opinion” sur ce qu’ils vont et veulent dire. Même si ça peut sembler anodin, pour des personnes comme vous et moi, ces petits détails peuvent rapidement devenir gênants et épuisants pour des personnes comme ELLE.

Crédit photo: www.maisondulangage.fr

Si vous voulez en apprendre un peu plus sur la dyslexie et ses manifestations, cliquez ici.

Au secours !

Si vous vous sentez un peu perdu face à la dyslexie, sachez qu’il existe des ouvrages pour outiller votre quotidien, comprendre “ce mal” et vous venir en aide: le livre « Laisse-moi t’expliquer… La dyslexie » paru aux Éditions Midi trente raconte l’histoire d’un garçon dyslexique qui, dans ses mots et à l’aide d’images amusantes, nous parle de son quotidien/sa réalité. Agrémenté de plusieurs trucs et conseils avisés, ce livre est conçu expressément pour plaire aux enfants et pour les aider à mieux vivre ou mieux comprendre la dyslexie.

dyslexie
Crédit photo: miditrente.ca

Apprendre à son enfant qu’elle est dyslexique

Cette année, à Noël, ma fille m’a écrit un petit mot personnel très touchant – par chance, malgré tous les défis qu’elle rencontre, l’écriture et la lecture demeurent deux activités de prédilection pour elle -, mais il fallait s’y attendre, elle a fait quelques fautes. À ce moment-là, j’ai compris que je devais la mettre au courant et commencer à aborder sa “condition” avec elle. Pour l’aider à mieux comprendre ce qu’est la dyslexie, on a lu le livre « Laisse-moi t’expliquer… La dyslexie »… Maintenant qu’elle sait, qu’elle comprend un peu mieux d’où viennent ses difficultés, nous pourrons aller de l’avant, en parler ouvertement, chercher des solutions ENSEMBLE et continuer de nous documenter. P.S. Je suis contente, mais surtout rassurée qu’elle sache enfin la vérité.

Pour en savoir un peu plus sur “notre” histoire, cliquez ici.

Révision : Mélanie Trudeau

mm
Je suis Mélanie Little, la personne (depuis 1982), la mère (depuis 2008), l'épouse (depuis 1999) et la fondatrice/rédactrice en chef de Mamans avec opinions (depuis 2015) - celle à l'origine de ce beau projet. Éducatrice spécialisée de formation, j'ai une attirance pour tout ce qui touche, de près ou de loin, à la communication, à l'écoute et à la relation d'aide. Je suis celle que vous risquez de voir prendre la parole lorsque vient le temps de défendre une injustice ou de soutenir une cause. Mais je suis également celle qui aime papoter, lire, écrire et jouer à des jeux de société. Simple, accessible et très sociable, j'entre facilement en interaction avec "les autres".

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.