Sages-femmes et maisons de naissance

Être une maman n’était nullement dans mes plans de vie. Diplômée en tourisme, je voulais devenir guide-accompagnatrice et voyager à travers le monde. Bye, bye, la routine. Bonjour la vie d’aventure! En 2008, j’ai rencontré l’amour. LE grand amour. Celui qui bouscule tous nos plans, qui nous remet en question. Cela aura pris 6 ans avant que j’accepte d’avoir des enfants; 6 ans où mon chéri ne m’aura jamais poussée ou imposé son choix d’en avoir, parce que lui savait déjà depuis longtemps qu’il allait être un jour “papa”. Il m’a laissé le temps qu’il me fallait pour prendre cette grande décision. Pour un couple, avoir des enfants est le plus gros contrat que l’on peut signer. On est lié à vie avec cette personne, par le biais de ce qu’on a créé. Je ne prends jamais de décision à la légère ou sur un coup de tête. En apprenant que j’étais enceinte, j’ai eu besoin du support incroyable de mes proches, mais également de celui ou celle qui allait me suivre durant toute ma grossesse. Une personne en qui je pouvais avoir confiance, à qui me confier, me libérer de mes pensées, poser mes questions sans empressement. C’est à ma première grossesse que j’ai pu faire le saut dans le monde des sages-femmes qui m’amènerait à utiliser de nouveau ce service lors de ma seconde grossesse.

sages-femmes
Crédit photo: Steve Longpré pour L’OSFQ

Les sages-femmes au Québec

Être accompagnée par une sage-femme, c’est comme être suivie par un gynécologue, un psychologue et une amie en même temps. J’avais besoin d’avoir un environnement calme, qui allait m’aider à réduire mon stress dans cette grande aventure. Je n’avais pas besoin de me faire juger sur mes choix et mes décisions. J’avais besoin de quelqu’un qui allait me donner les faits et qui allait me laisser prendre mes propres décisions. Je voulais découvrir de nouvelles méthodes, les plus naturelles possible. Les sages-femmes ont une formation de 4 ans et demi à l’Université du Québec à Trois-Rivières, seul endroit au Québec donnant cette formation. Elles sont des professionnelles de la santé, offrant tous les soins nécessaires aux femmes enceintes et aux bébés jusqu’à 6 semaines après l’accouchement. Dès l’acceptation de votre inscription pour ce type de suivi (certaines maisons de naissance ont malheureusement une liste d’attente), une équipe de deux sages-femmes vous est attribuée pour un suivi constant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Votre sage-femme principale fera un suivi régulier avec vous tandis que la seconde sera présente au besoin. Elles ont toutes les connaissances nécessaires pour un suivi des plus adéquats. Pour avoir la chance d’être accompagnées par une sage-femme, nous ne devons pas avoir de grossesse à risque. Il faut bien comprendre que les sages-femmes ne peuvent pas administrer de médication lors de l’accouchement. La péridurale, par exemple, ne se donne pas. Tout est fait naturellement. Lors de l’accouchement, si la maman désire recevoir une telle procédure (et qu’elle accouche en maison des naissances ou à la maison), elle sera alors déplacée vers l’hôpital. Aucun stress s’il y a des complications. Les mêmes procédures qu’en hôpital seront appliquées.

Les maisons de naissance

Là où j’ai eu la chance d’accoucher, c’est-à-dire à la maison de naissance Lac-St-Louis, il y a 4 chambres. Une vraie cuisine avec un salon ainsi qu’une terrasse sont également à la disposition des patientes et leur famille. Chaque chambre est équipée d’un lit double, d’une salle de bain privée avec bain hydromasseur et d’un petit moïse pour le nouveau bébé. Une vraie chambre, quoi! Une assistante à la naissance est présente sur place pour aider les sages-femmes en cas de problème. Elle est également présente pour accompagner les nouveaux parents durant leur séjour à la maison des naissances. Des repas et des collations sont fournis gracieusement à la maman ainsi qu’à papa pour un léger supplément. Quelle chance que de bien manger sans avoir la nourriture des hôpitaux! Un petit plus qui fait toute la différence.

Mon expérience

Après deux grossesses avec un accompagnement de sage-femme, je peux clairement dire que ce fut le choix le plus approprié pour moi. Même mon chéri a compris pourquoi j’avais décidé d’aller dans cette direction. Je pourrais vanter de long en large tous les bénéfices que j’ai eus à vivre ces deux superbes expériences, mais j’en aurais pour des lignes et des lignes tellement c’est positif. Je tiens par contre à préciser que ceci n’est pas pour tout le monde. J’ai eu deux beaux accouchements, mais certains peuvent passer du côté sombre des accouchements. Tout est possible. Certaines mamans de mon entourage ont également vécu de superbes expériences avec un accompagnement obstétricien/gynécologue. Il faut bien peser les pour et les contre.

Comme je disais, je voulais découvrir de nouvelles techniques qui allaient me permettre d’avoir moins peur de mon accouchement. Je me plaisais à dire à mes proches que j’aurais préféré vomir mon bébé plutôt que de le pousser tellement j’avais peur de la souffrance. Ridicule, je sais! C’est ainsi que j’ai découvert l’hypnothérapie qui allait m’aider à traverser mon premier accouchement. Cette approche m’a aidée à mieux gérer mes respirations et mes pensées. J’avais tout un “focus” lors de mes contractions ou lors de mes poussées. Je me suis surprise moi-même!

Le fait d’avoir eu un accouchement naturel m’a permis de mieux ressentir toutes les contractions et je pouvais vraiment mieux me concentrer sur où je devais pousser. Ma sage-femme m’a beaucoup aidée dans cet apprentissage. J’ai pu essayer toutes les positions possibles et inimaginables. Très loin de ce que l’on voit continuellement à la télévision avec les pieds dans les étriers, couchée/assise sur le lit d’hôpital. Je pouvais vraiment m’écouter et suivre mon instinct lors des poussées. D’ailleurs, à mon second accouchement, j’ai accouché debout! En 3 poussées et 5 minutes, je faisais la 2e plus belle rencontre de ma vie.

J’ai également eu la chance d’avoir un suivi postnatal de 6 semaines, ce qui est vraiment bien. Je pouvais encore communiquer avec ma sage-femme si j’avais un problème, comme pour mes difficultés avec l’allaitement. Une aide à l’allaitement venait chez moi pour m’aider dans cette difficile épreuve. J’ai réussi avec plus de facilité à mon deuxième justement grâce à la présence de ces femmes.

Je vous invite à naviguer sur le site de l’Ordre des sages-femmes du Québec pour en apprendre davantage sur ce beau métier: http://www.osfq.org/.

Vous désirez lire sur l’aventure d’un autre accouchement, mais à l’hôpital? Cliquez juste ici!

Révisé par : Carine Paradis

mm
Mère de deux fabuleux enfants, Raphaëlle, deux ans et demi et Cédric 1 an, je travaille comme chargé de projets senior dans une agence de voyages de motivation et d’événementiel. Passionnée par la vie, l’humain et le voyage, je suis appelée à visiter tous nos plus beaux coins de la belle province. Aimant la scène (le théâtre) et la danse, je suis une personne qui déplace de l’air. Me reposer ? Impossible ! En couple depuis 9 ans, j’essaie de trouver l’équilibre entre ma vie familiale, amoureuse et professionnelle. Quel défi !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici