Retour au travail après un congé…

Ça fait maintenant 6 semaines que je suis revenue de mon congé de maternité. Lorsque j’étais à quelques semaines de l’échéance de ce congé, j’ai tellement tergiversé et changé d’idée : retournera, ne retournera pas? Retour à temps partiel, à temps plein? Je changeais constamment de plan et j’étourdissais mon entourage avec mes multiples questionnements.

retour
Crédit photo : dreamstime.com

Prendre la décision de retourner… ou pas!

J’avais envie de m’accomplir professionnellement, mais j’étais également torturée à l’idée de traumatiser ma fille en l’envoyant si tôt à la garderie. J’étais si bien dans mon doux cocon à prendre soin des miens. J’avais aussi peur, en travaillant à temps plein, de ne pas être capable de tout organiser : les tâches ménagères, les devoirs de la grande, les repas, les activités parascolaires, etc. J’avais peur de ne pas arriver à être performante au travail avec mes nuits écourtées et la fatigue qui s’ensuivrait indubitablement.

Mon conjoint et moi avons donc discuté des possibilités. Nous avons calculé notre budget maintes et maintes fois et nous avons conclu que je pouvais rester à la maison; notre budget nous le permettait. Il faudrait se serrer la ceinture et compter chaque cent, mais on y arriverait. Vous dire combien j’étais soulagée!

La proposition

Mais un doute subsistait. Après tout, j’aimais mon travail! Donc, pour me faire une opinion, j’ai décidé d’aller à mon party de Noël pour revoir l’équipe et me familiariser avec les nouveaux (il y en avait beaucoup, plus de la moitié du personnel avait changé pendant mon année d’absence!). J’ai été surprise de voir à quel point les gens étaient contents de me revoir et, je l’avoue, ça m’a fait un petit (gros) velours. Mon directeur général m’a même prise en aparté pour me dire que l’entreprise créait un nouveau poste de gestionnaire et que mon nom était ressorti à plusieurs reprises comme étant LA candidate idéale et que je devais absolument postuler. Flatteur, non?

Il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée

C’est donc en un très court laps de temps (10 jours!) que j’ai dû changer mon fusil d’épaule et organiser notre vie familiale en vue de mon retour au travail. Je devais trouver une garderie au plus vite, mais rien ne me convenait, rien n’était à mon goût (je suis une ancienne éducatrice!) jusqu’à ce que j’en discute avec une très bonne amie qui m’a offert de venir garder ma petite, à la maison, dans ses affaires et selon mes besoins, et qui pourrait même accueillir ma plus grande à son retour de l’école en autobus scolaire. Pas besoin de service de garde non plus! La solution parfaite!

Il me restait donc la gestion du nid familial. Je me suis alors dotée d’un méga calendrier familial aimanté que j’ai installé sur le frigo et où je pourrais tout noter. Je me suis munie d’un agenda à toute épreuve pour mes rendez-vous professionnels. J’ai sorti mes livres de recettes et ma mijoteuse afin de trouver des repas qui me sauveraient des heures devant les fourneaux à entendre le fameux « j’ai faim! ».

Retour = mission accomplie!

Et vous savez quoi? Je suis retournée à temps partiel au travail, le cœur gros, mais en paix (j’avais tellement confiance en ma gardienne). Je suis passée à travers la première semaine, puis une autre et une autre. Et ça m’a fait du bien. Mes filles ne semblaient pas en peine, au contraire, j’avais l’impression d’être une meilleure maman, peut-être parce que je n’étais pas UNIQUEMENT leur maman. J’ai postulé pour l’emploi de gestionnaire et je l’ai eu. Prochain défi? Une semaine de travail de 5 jours. Gagerez-vous que j’y arriverai?

Pour en connaître plus sur moi, cliquez ici.
Pour nous suivre sur Facebook, cliquez ici.

Révisé par: Caroline Robert

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.