La décision d’être heureuse!

Un bon matin, après de nombreux mois, voire des années de réflexion, j’ai soudain eu le besoin de me choisir. Je n’étais plus heureuse avec le père de mes enfants, je n’étais plus heureuse dans ma vie et cela devait changer. Aujourd’hui, je me sépare… Avant de prendre la décision définitive de briser ma famille « idéale », j’ai consulté un psychologue. Au départ, on me croyait en dépression post-partum. Eh bien non ! Après plusieurs longues consultations, je me suis rendu compte que ce qui me rendait malheureuse n’était pas ma situation de maman, mais bien la façon dont je vivais ma vie de femme. J’avais besoin de plus ! Plus de soutien, plus d’amour, plus de reconnaissance, juste plus !

Décision
Crédit photo : Pixabay

Je n’ai rien à reprocher de grave à mon ex, mais nous n’étions juste pas faits pour être ensemble. De mon côté, je suis une fille sociable, dotée d’un humour cru et sarcastique, aimant recevoir des amis et être entourée; pour sa part, il était plutôt un joueur de jeux vidéo, moins sociable et aimant la solitude. « Les contraires s’attirent » qu’ils disent ? Eh bien, ça a fait son temps, car on dit aussi « chassez le naturel, il revient au galop » !

Mon psychologue m’a appris une chose bien importante : « Quand tu es confrontée à une décision, écoute-toi et suis ton instinct. » J’essaie maintenant d’être en accord avec moi-même autant physiquement que mentalement lors d’une prise de décision. Je m’écoute et si je ne me sens pas en pleine confiance dans ma décision, je recule un peu pour mieux évaluer et réfléchir davantage. Comme j’ai souvent été trop impulsive dans ma vie, prendre le temps de réfléchir est déjà un grand pas pour moi !

Notre séparation s’est faite sans heurt et sans cassure. Je ne dis pas que cela a été rose chaque jour, mais on tentait de se rappeler qu’on avait deux petites poulettes de 2 et 4 ans à préserver et qu’il fallait faire notre maximum pour que tout se passe en douceur. Aujourd’hui, on est séparé depuis déjà plus de six mois. Il est en couple, moi aussi et on doit continuer de travailler fort pour que l’entente règne entre nous. Car on sait bien qu’une fois que l’on est séparé, les petits travers de l’autre (qu’on a jadis aimés) nous énervent mille fois plus ! Mais bon, les filles ont la chance de voir leurs deux parents maintenant heureux et capables de se parler.

Pour lire d’autres articles de Mélissa Arbour, cliquez ici. Joignez-vous à nous sur Facebook.

Révision: Amélie Fasulo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.