La planète : plus qu’une affaire de poubelle

Aujourd’hui, 10 octobre 2018, au lendemain d’une chaude journée frôlant les 32 degrés celsius, j’ai présentement les yeux rivés sur l’écran de mon téléviseur… L’ouragan Michael fait des ravages. Tranquillement, après l’île de Saint-Martin, une autre destination soleil verra son éco-système ébranlé. Qu’à cela ne tienne, je passerai mes vacances dans la région de Lanaudière. Mes parents n’arrivent pas à vendre leur chalet au bord de la rivière, les risques d’inondation se perpétuant année après année. Le temps pour s’y rendre, suite à l’effondrement d’une partie de l’autoroute 25, a eu raison de leur patience. Toujours devant mon téléviseur, je clavarde avec un ami qui a perdu sa mère l’été dernier, la canicule ayant eu raison de sa santé fragile. Ce même ami dont un collègue a tout perdu dans la tornade qui s’est déchaînée sur Gatineau, la semaine dernière.  Conséquences des changements climatiques? Oui, ma planète a tous les symptômes; elle est malade et elle crie à l’aide! Soudainement, le recyclage d’une partie de mes déchets et fermer l’eau en me brossant les dents ne sont clairement plus suffisants.

planète
Crédit photo : Pixabay

Plus tard, c’est maintenant!

Les actions gouvernementales sont insuffisantes et demandent de longues réflexions. Leur implantation prend des années et les retombées… Les verra-t-on à court terme, plutôt qu’en 2050 comme il est écrit dans tous les plans? Nous ne pouvons être contre la vertu, toutes les actions sont positives. Toutefois, il est clair que les conséquences des changements climatiques ne sont plus juste quelque chose qui marquera le futur… À voir ce qui se passe autour de moi, j’ai l’impression que nous avons les deux pieds dedans. Mon coeur pompe au rythme de l’urgence et, dans ma tête, je vois les gyrophares. Le gouvernement est une grosse machine; tout est lourd et tout est long.  Une petite voix me crie qu’on n’a plus le temps d’attendre. Moi, dans mon jardin, dans mon cocon, qu’est-ce que je peux faire?

Une planète pour mes enfants et leur descendance?

Je regarde mes ados, je pense à ma retraite, je rêve à mes petits-enfants, et je suis inquiète.  J’en ai marre de regarder la parade avancer à pas de tortue. J’ai envie de ramer pour contribuer davantage, pour renverser la vapeur, pour stopper l’hémorragie. Je ne suis pas celle qui implantera un nouveau train de banlieue ou qui érigera des éoliennes. Ces actions-là, je les laisse aux gouvernements. Cependant, je suis celle qui peut faire davantage de gestes au fil des jours. Des changements qui ne chambouleront pas mon quotidien mais qui feront grand bien à la planète. Par contre, si je le fais seule, peut-être que je me découragerai. J’ai besoin de solidarité!

La force du nombre

Le pouvoir des petits gestes repose sur la quantité de gens qui les poseront. À compter d’aujourd’hui, Mamans avec opinions proposera, sur une base régulière, des actions faciles à mettre en pratique. Des actions simples, réalisables et qui peuvent faire une différence si on s’y met tous. Choisis celles qui s’adaptent le plus facilement à ta vie et clique pour ta planète.

Comme toi, je m’engage à faire du mieux que je peux. Pour mes enfants, aux yeux de mes voisins, pour le bien commun, je compte devenir un modèle, parce que prendre soin de la planète, c’est plus qu’une affaire de poubelles.

Vous aimez le sujet?  Vous aimerez aussi cet article. Quoi? Vous n’avez pas encore visité notre page Facebook? Qu’est-ce que vous attendez?

Révision: Élaine Sylvestre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.