Vie familiale prise deux : reconstruire

À la suite d’une séparation, refaire sa vie et retrouver l’amour allait être, à mon avis, une tâche longue et ardue considérant que j’ai la garde complète de mes petites filles. Quelle surprise de rencontrer cet homme après seulement trois mois de célibat. Cet homme si différent, merveilleux et réconfortant pour la femme que je suis.

vie
Crédit photo : Pixabay

Je me suis posé les questions, est-ce trop vite? Est-ce que je fais bien de le présenter à mes filles? Mais vous savez quoi? J’ai décidé que j’avais le droit d’être heureuse et que je ne devais pas laisser la peur me faire passer à côté d’un homme aussi parfait pour moi, ce serait une bien trop grande erreur. On se comprenait, ayant chacun deux filles, on aimait les mêmes choses, et surtout on désirait les mêmes choses! Je me souviens lui avoir envoyé dès le départ un texte qui devait lui faire peur… eh non, il désirait la même chose :

Avoir quelqu’un aujourd’hui n’est pas un besoin, mais bien un désir. J’ai la chance d’avoir une maison que j’arrive à payer seule tout en ayant les moyens de rendre mes filles heureuses et ne manquer de rien. Cette autonomie est pour moi une source de grande fierté. Avoir un homme n’est pas indispensable. Un complément que l’on veut, que l’on désire mais auquel on réfléchira afin de choisir le bon.  Quelqu’un qui pourra embellir ma vie par sa présence et par son rôle dans ma vie de famille, car je ne viens pas seule, mes filles font partie intégrante de moi. Entrer dans ma vie c’est entrer dans la vie de mes filles. Elles ont un bon père, présent, mais sans le vouloir la personne qui partagera ma vie sera un modèle adulte pour elles. Je cherche celui qui me complétera et me poussera à aller plus loin, être plus heureuse, plus accomplie. Une personne pour qui j’aurai de l’admiration et qui sera fier de moi également.

La vie, plutôt internet, nous a emmené à nous rencontrer et je remercie le ciel chaque matin d’avoir mis sur ma route un homme qui me complète et me comprend aussi bien. Notre histoire a été précipitée, c’est vrai. Aujourd’hui je suis avec mon amoureux depuis presque sept mois, dont six en cohabitation officielle avec ses enfants et les miens ! Au début de notre relation il a été clairement défini que pour m’avoir dans sa vie, il devait accepter mes deux tornades et la même chose de l’autre côté, le prendre comme amoureux signifiait devenir belle-maman de ses deux filles ! Dès le début de la relation il a eu la garde complète de ses filles et moi j’avais déjà la garde complète des miennes, comme son appartement était petit pour lui et ses filles je les ai invités à venir vivre avec nous à la maison! C’était la décision idéale, ayant une grande maison chacune des filles pouvaient avoir sa chambre, moins de chicanes !!

Je ne regretterai jamais de les avoir invités à partager notre quotidien. Il est clair que ce n’est pas facile, ni de tout repos tous les jours, mais je sens qu’on se complète à merveille, il est plus ordonné et discipliné et moi je mets plutôt de la folie et du lâcher prise ! On cuisine ensemble, il m’aide avec la discipline auprès de mes enfants, je l’aide à assouplir ses règles avec ses filles!

Cohabitation, famille reconstituée, ce n’est jamais simple, mais on a la chance d’avoir des enfants qui s’entendent relativement bien et je crois que le fait qu’elles aient chacun leur espace, leur chambre aide beaucoup à l’adaptation.

Je n’ai pas de trucs magiques pour aider à la bonne entente à part de toujours avoir la vision globale d’une seule et même famille, être sûre de nos décisions et de s’y tenir et je crois que la priorité c’est de prendre le temps de s’écouter, de communiquer, d’ajuster nos règles et de s’assurer que nos valeurs se rejoignent. Par exemple nous avons établi certaines règles de vie : nous soupons en famille, aucun téléphone, jouet ou gadget n’est permis. Si tu as fini de manger tu débarrasses ton assiette et tu viens de te rasseoir et on jase en attendant que tout le monde ait fini et on fait ensuite les tâches (débarrasser la table, faire la vaisselle, laver la table, passer le balai) en famille. Une fois que tout est terminé, chacun peut vaquer à ses occupations.

Je suis heureuse avec ma grande famille, diversifiée, amusante, complètement déjantée et les filles sentent surtout qu’il y a de l’amour dans la maison et le changement de vie se fait beaucoup plus aisément.  

Pour lire d’autres articles écrits par Mélissa Arbour, cliquez ici. Pour consulter notre page Facebook, c’est par ici.

Révision : Karine Goupil

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.