Préadolescence à l’horizon!

Ma fille de bientôt 11 ans vit de grands changements hormonaux depuis peu. Elle est au cœur de ce qu’on appelle la préadolescence et… c’est l’enfer! Elle n’est donc ni bipolaire ni mal élevée?! Ben non! Ma fille est tout simplement devenue une préadolescente en bonne et due forme. Alléluia!

La préadolescence: faire mentir les statistiques

J’aurais tellement aimé faire mentir les statistiques à propos de la préadolescence et ne pas avoir à passer par cette période un peu trop complexe à mon goût. Mais non!

Je vais devoir mettre mes lunettes roses, prendre plusieurs grandes et très profondes inspirations, peser chacun de mes mots avant de les prononcer, définir mes limites, faire respecter les règles de la maison, constamment RÉ-PÉ-TER, garder le moral, être là pour elle malgré ses fréquentes sautes d’humeur dont j’aurais aimé me passer, etc.

Tout cela, en gardant évidemment mon calme, le sourire et en demeurant disponible et discrète pour elle, et ce, 24 heures sur 24. Ben oui! Bonne maman que je suis…

La préadolescence: mieux vaut prévenir que…

En misant sur ce genre d’effort, je m’assure de garder une certaine quiétude au sein de ma famille. Pas question de déclencher une troisième guerre mondiale à cause de la susceptibilité de ma préado. Oh que non! Celle qui veut continuellement le dernier mot ne viendra surtout pas me faire oublier que c’est mon rôle de mère de lui imposer des limites claires, de tenir mon bout et de prendre de nombreuses inspirations entre chaque intervention et changement d’humeur. lol

La préadolescence…

La préadolescence, cette période tout à fait normale qui se déroule entre 9 et 12 ans environ – un rythme de passage obligé et difficile à cerner – marque le début de la puberté et annonce de grands changements chez notre enfant.

Ici, on s’est rapidement rendu compte que notre petit pot de colle qui était toujours de bonne humeur devenait de plus en plus distant, bougonneux pour des peccadilles et hyper secret.

Mais où est donc passé mon bébé? Qu’est-ce qu’il lui est arrivé? Voici quelques faits et/ou anecdotes intéressantes sur la préadolescence…

préadolescence

L’attitude à la préadolescence

L’attitude avec un grand “A”; on n’y échappera malheureusement pas… Notre préadolescente en pleine croissance s’est rendu compte de son super pouvoir: le rouspétage. Et elle s’en sert surtout pour exaspérer ses parents: NOUS! Nous avons régulièrement droit à des débats d’opinions sur tout, et sur de trop nombreux riens. Des peccadilles évidemment!

Outre le rouspétage, elle utilise quotidiennement:

  • “Le marcher du talon”. Une technique sportive dont elle se sert minutieusement pour nous faire comprendre son désaccord. Nous avons régulièrement droit à un BANG BANG BANG prononcé en bruit de fond. Une chance qu’on habite dans une maison et qu’elle ne dérange personne d’autre que… NOUS. 😉
  • Les longs soupirs. Une technique hyper complexe dont elle se sert principalement pour communiquer. Grâce à la technique qu’elle a développée au cours des dernières années, elle peut à la fois nous démontrer sa fatigue, son ennui, son désaccord et son mécontentement grâce à un seul et même soupir. Oui oui. Elle est très douée. lol

Les boutons à la préadolescence

Ce point est souvent l’un des plus délicats, car il touche l’apparence physique de votre ado. Outre lui proposer une bonne routine de soins et quelques bons conseils d’un professionnel (un spécialiste beauté par exemple ou un dermatologue), on ne peut malheureusement pas faire grand-chose pour aider nos adolescents à éviter cette période trop souvent disgracieuse, et pénible pour plusieurs.

PETIT CONSEIL: évitez de faire un commentaire sur l’apparence de votre ado, sur sa dentition et/ou ses boutons. C’est déjà assez difficile comme ça de voir son corps changer et parfois même se “déformer”. 🙂 Et surtout, n’empêchez pas votre fille de cacher ses imperfections du moment avec un fond de teint en prétextant qu’elle est parfaite, qu’elle va abîmer son superbe visage prématurément – ne faites pas comme moi. 😉 Soyez à l’écoute des ses besoins/inquiétudes et accompagnez-la dans ses choix.

Ici, on s’est finalement contenté de lui offrir de bons produits adaptés à son âge et à sa peau délicate et fragile. Et je lui ai rappelé l’importance d’entretenir une bonne routine de soins quotidiennement.

Bien entendu, elle sait qu’elle pourra toujours compter sur moi, mes conseils et/ou mes produits de beauté afin de l’épauler dans cette nouvelle période de sa vie.

CONFIDENCE: je n’approuve pas toujours ses choix ou son style, mais comme elle est présentement à la recherche de la personne qu’elle est et sera éventuellement, j’accepte de la voir faire des erreurs.

La transpiration

Sans doute l’élément le plus important et le plus malodorant à considérer lorsque l’adolescence se pointe le bout du nez à l’horizon. Et comme je travaille dans une école secondaire depuis quelques années déjà, je peux vous confirmer, sans avoir peur de me tromper, que nos adolescents ignorent tout de l’odeur nauséabonde qu’ils dégagent. C’est fou comme ils sentent le swing – et je ne parle malheureusement pas de la danse rebondissante et siiii amusante.

PETIT CONSEIL: Même si c’est malaisant, je me suis fait un devoir, quand ma fille a commencé à puer un peu du d’sous bras, de le lui dire. Si vous étiez à la place de votre enfant, est-ce que vous préféreriez continuer de sentir mauvais et faire l’objet de mauvaises blagues venant de vos pairs? Ou affronter la réalité en face une bonne fois pour toutes? Posez-vous sérieusement la question et vous saurez inévitablement quelle décision prendre. 😉

Personnellement, j’aimerais qu’on m’avise rapidement de la situation même si, sur le coup, j’aurais sans doute un peu honte…

N’hésitez pas à lui présenter le désodorisant et à lui parler en long et en large de ses vertus. Mets-en une belle grosse couche sous tes aisselles chaque matin avant de partir… Ce n’est pas de l’onguent comme on dit.

La préadolescence: mon bilan

J’avoue que c’est tof, régulièrement nuageux ou gris, mais comme c’est un passage obligé et que c’est ce qui définira qui elle deviendra et renforcera qui elle est, j’accepte de subir ses “foudres”. Par contre, il faudra que ça reste civilisé. Je n’accepterai aucune attaque personnelle vicieuse. Je ne veux pas m’obstiner avec elle, avoir à hausser le ton pour me faire entendre ou en venir à l’engueulade à travers la maison. Il faudra que ça se fasse de manière civilisée. C’est ma fille, je l’aime et je l’aimerai toujours autant.

CONFIDENCE: cette semaine, j’ai mis les choses au clair avec ma fille. Je lui ai fait comprendre qu’elle avait le droit d’être en désaccord, de verbaliser son désaccord et ses émotions, qu’elle avait le droit à son intimité, à des moments personnels avec ses amis (au téléphone ou à la maison), mais qu’elle n’avait et n’aurait jamais le droit de nous manquer de respect.

Elle m’a d’ailleurs écrit une lettre d’excuse suite à cette mésaventure et, depuis, nous flottons littéralement sur un petit nuage de bonheur rose. Je crois qu’elle a enfin réalisé qu’on l’aimait vraiment beaucoup beaucoup, et pour toute sa vie (et même au-delà).

Et vous, comment ça se passe la préadolescence chez vous? 😛

Pour lire d’autres articles de cette auteure, cliquez ici.
Pour nous suivre sur Facebook, cliquez ici.

Révision : Mélanie Trudeau

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.