Couches lavables : par choix!

Depuis maintenant deux ans, je fais tout mon possible pour réduire ma production de déchets. Je réutilise, j’achète plus souvent usagé, j’évite les plastiques à usage unique, je composte. Tous des petits gestes qui permettront de laisser à mes enfants un futur plus vert.

Quand j’ai appris ma dernière grossesse, il allait de soi que j’utiliserais des couches lavables. Oui, oui, des couches de coton que je dois laver.

Les couches d’hier à aujourd’hui

Nos grands-mères en utilisaient pour leurs bébés, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas le faire aussi. Mais attention, ce n’est pas du tout la même partie! Il y a 100 ans ou un peu moins, les couches étaient toutes identiques, c’étaient uniquement des langes (carré de tissu à plier), il n’y avait pas de laveuse, les tissus utilisés étaient différents et on utilisait souvent les couches pour plusieurs bébés en même temps. C’était beaucoup, beaucoup de travail. Aujourd’hui, c’est plus agréable; les couches ressemblent à de vraies couches (quoique j’ai découvert récemment les langes et j’adore!), les techniques se sont améliorées et les tissus sont plus absorbants.

couches
Crédit photo : Caroline Robert

Mais avant de se lancer dans cette belle aventure, il faut se renseigner. Pourquoi se renseigner? Pour vivre une belle expérience qui durera jusqu’à la propreté et pour ne pas se décourager.

Il y a tant de détails à connaître pour maximiser l’utilisation et ne pas faire trop d’erreurs.  La meilleure place pour avoir tous ces renseignements est, selon moi, le groupe Facebook Accros aux couches lavables. Il y a des guides, des tutos, des exemples, mais surtout, des mamans qui sont dans le même bateau et qui peuvent parler avec expérience.

Avant l’arrivée de mon bébé, j’ai beaucoup lu. Au début, ça a l’air compliqué et on lit plusieurs mauvaises expériences, mais c’est surtout parce que le groupe est une page pour avoir de l’aide et des conseils.  La nature humaine étant ce qu’elle est, on parle plus de ce qui va mal que de ce qui va bien. Mais l’important, c’est que dans chacune des publications, dans les commentaires, on lit plein de solutions écrites par les mamans qui ont bien adopté cette manière de vivre. Parce que oui, il y a plus de belles expériences que de mauvaises. C’est pourquoi il faut être bien renseigné pour réussir.

Ce qu’il faut savoir sur les couches

Avant, et même il n’y a pas trop longtemps, les couches lavables ou les langes étaient de couleur grise, blanche ou beige, toutes identiques et assez ternes.

Aujourd’hui, ce sont des tonnes de modèles, tous plus colorés les uns que les autres, qui se partagent le marché. Il y a plusieurs dizaines, et même centaines, de compagnies qui nous offrent leurs produits. Il y a les couches importées qui sont très abordables, celles de compagnies canadiennes ou américaines qui offrent aussi un bon rapport qualité /prix et les couches de confections québécoises, plus dispendieuses, mais de qualité, et qui encouragent nos artisans d’ici et l’économie locale. Donc, il faut savoir quel budget nous sommes prêts à investir. S’il n’y a pas d’exagération, ce sera plus rentable que des couches jetables.

Il est également conseillé d’essayer plusieurs modèles plutôt que de prendre un modèle unique, puisque chaque bébé a une morphologie différente. J’ai opté pour un lot d’une compagnie canadienne, quelques confections québécoises et j’ai ensuite ajouté des couches à bon prix dont le modèle ressemblait à celui que j’avais déjà.

Certains produits complémentaires seront aussi nécessaires pour bien débuter, comme les sacs à couches souillées, les crèmes, les insertions et les feuillets. En connaissant d’avance nos besoins, il est possible d’attendre les aubaines ou les différents salons et évènements pour acheter.

couches
Crédit photo : Caroline Robert

L’entretien des couches

Non, je ne mets pas mes mains dans les selles de bébé!

Au changement de couche, ce n’est pas vraiment plus compliqué qu’avec une jetable. J’enlève la couche, jette les selles dans la toilette et mets la couche au lavage dans son sac. En plus, pour les cacas explosifs, les couches lavables sont une bénédiction puisque les élastiques aux cuisses et au dos retiennent tout à l’intérieur!

Non, ma laveuse ne pue pas!

Il y a certaines règles à respecter pour établir une bonne routine de lavage et une fois qu’on a trouvé la bonne façon de faire, tout roule comme sur des roulettes. Il faut aussi choisir un bon détergent pour les couches et connaître la dureté de notre eau. Au besoin, certaines procédures sont aussi nécessaires en cas de champignons ou avec des couches achetées usagées, par exemple. Mais le tout est clairement expliqué si on prend la peine de lire et de faire des recherches sur le groupe ou ailleurs. En plus, puisqu’il faut mensuellement laver la laveuse, ça sent toujours propre.

Non, les fesses de bébé ne sont pas plus humides!

Il existe des feuillets à mettre dans la couche afin d’avoir un effet au sec pour bébé. Et comme la couche est changée assez souvent, le contact avec l’urine est assez limité. Il y a aussi des crèmes et des poudres compatibles avec les couches lavables qui font des merveilles pour la petite peau sensible de bébé. Il suffit de trouver ce qui nous convient le mieux.

Vive mes couches lavables!

J’ai débuté l’utilisation des couches lavables pour ma petite Rosalie il y a trois mois et tout va à merveille. Je suis si heureuse d’avoir fait ce choix. C’est un tout petit peu plus d’énergie que les couches jetables, mais on ne peut pas sauver la planète sans y mettre un peu d’efforts. En plus, les couches sont tellement belles! J’ai hâte de pouvoir laisser bébé en couche quand la chaleur reviendra!

Oserez-vous vous lancer dans cette grande aventure?

Pour lire d’autres articles de ma plume, cliquez ici.

Révision: Caroline Gagnon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.