Maman, est-ce qu’on peut avoir un chien?

Il y a deux ans, nous avons fait face à un gros deuil familial : notre petit pitou que nous avions depuis les 13 dernières années est décédé de façon naturelle dans le confort de notre maison. Les enfants qui ont 14 ans, 10 ans et 6 ans ont vécu leur peine chacun à leur manière. Depuis leur naissance, nos enfants ont toujours eu un petit compagnon canin. C’est donc devenu la priorité numéro un pour eux d’avoir un nouveau chien. Pour ma part, je suis une amoureuse de ces petits êtres à quatre pattes. Un simple regard me fait fondre. Il n’y a aucun doute, si je mets les pieds dans un refuge ou une animalerie, je veux tous les rapporter chez moi. Nous avions adopté Doby, notre défunt chihuahua, mon conjoint et moi, lorsque nous avions emménagé ensemble, car je suis une personne anxieuse et on m’avait suggéré d’adopter un animal pour m’aider à mieux gérer mon anxiété. Il a été, pendant ces 13 dernières années, un compagnon fidèle qui m’a permis de mieux gérer mon stress et mon quotidien. Avec les années, la famille s’est transformée : les enfants se sont ajoutés un à un et il s’est toujours adapté à notre mode de vie. Soudainement, il est parti et il a laissé un gros vide dans nos cœurs et surtout un besoin immense à combler. 

chien
Crédit photo : Caroline Beaudoin

Qui dit famille, enfants, travail, routine, dit également aucune décision précipitée. Ce qui m’amène aujourd’hui à vous raconter notre expérience familiale d’adoption canine, car après tout, adopter un nouveau pitou ne concernait plus seulement moi et mon conjoint, mais bien toute la famille. C’est une décision que nous nous devions de prendre tous ensemble. 

Aucune décision précipitée disions-nous? Le 29 décembre 2017, nous pleurions notre Doby qui venait tout juste de rendre l’âme. Janvier 2018, autour d’un bon repas familial, nous discutons de la possibilité d’adopter un nouveau chiot. Les enfants sont emballés et fous de joie. Ils ne mesurent pas encore l’ampleur de la charge et la responsabilité que cela  implique. Moi, en silence dans mon cœur d’enfant, j’espère du plus profond de mon cœur que mon conjoint se joindra à notre euphorie et tranchera positivement à notre projet un peu précipité. Deux semaines plus tard, mon conjoint, ma fille et moi sommes en direction de Lévis pour aller chercher le plus mignon des Bulldogs français que nous avions préalablement surnommé Snow. Le coup de foudre est total : avec sa petite bouille adorable et ses petits gestes maladroits, nous tombons tous sous le charme du petit Snow. Les journées se succèdent et les responsabilités se font sentir de plus en plus. Snow a besoin de beaucoup d’attention : jouer, sortir, se promener et j’en passe. Nous nous séparons la majorité des tâches en fonction de l’âge de chaque membre de la famille, mais bientôt, les enfants commencent à se lasser et se désintéresser du petit Snow. Maman et papa se retrouvent donc avec un petit chiot qui a beaucoup trop d’énergie et qui est malheureux du désintérêt soudain des enfants. SOS, maman à la rescousse, il ne m’en fallait pas plus pour organiser une réunion de famille.

chien
Crédit photo : Caroline Beaudoin

Nous avons pris le temps de discuter avec les enfants pour leur expliquer que nous avions adopté Snow et que cela impliquait également plusieurs responsabilités. Nous leur avons également expliqué que Snow dépendait entièrement de nous et que c’était à notre famille de le rendre heureux. Avoir un chien, ce n’était pas uniquement pour avoir des câlins et des bisous quand cela nous chante. On leur a fait comprendre que le chien était malheureux de voir que personne ne lui portait l’attention qu’il méritait. Tranquillement, nous avons assisté à un changement d’attitude de la part de nos enfants. Ils ont fait quelques concessions afin d’être disponibles et bienveillants pour leur chien, car après tout, ce n’est pas seulement le chien de papa et maman. 

L’adoption canine, ce n’est pas quelque chose qui se décide sur un coup de tête. Pour ma part, je crois que cette décision devrait être mûrement réfléchie par tous les membres de la famille, car ceux-ci en seront impactés d’une façon ou d’une autre. Un chien, ce n’est pas seulement une petite bête « cute »qu’on ramène chez soi pour notre bonheur égoïste. Je crois que nous nous devons de penser d’abord et avant tout à l’animal en question. Allons-nous avoir assez de temps à lui accorder? Avons-nous une situation assez régulière? Sommes-nous financièrement aptes à nous en occuper? Tant de questions que nous devrions prendre le temps de nous poser avant de penser à leurs petites faces craquantes. Les refuges pour animaux sont remplis à craquer de bêtes abandonnées pour toutes sortes de raisons et malheureusement, la situation ne s’améliore pas. Bien au contraire, chaque année, les abandons d’animaux augmentent. Il est facile de se dire que c’est trop d’ouvrage, qu’on n’y arrivera pas, qu’on ne pensait pas que ça impliquerait autant d’énergie. Il est beaucoup plus difficile d’assumer ses décisions et d’y mettre les efforts et l’amour nécessaires. Avoir un animal à la maison est une décision familiale et elle devrait être assumée par tous les membres capables de prendre cette même décision. 

chien
Crédit photo : Caroline Beaudoin

Nous avons pris une décision précipitée pour de mauvaises raisons. Nous avons TOUS pris cette mauvaise décision. Par le fait même, nous avons TOUS décidé de mettre les efforts pour aimer assez notre chien pour faire en sorte qu’il ait une belle vie et soit  heureux parmi nous. Nous avons adapté notre quotidien pour lui faire une place et nous assurer de combler ses besoins.

Snow va bientôt avoir 2 ans. Chaque membre de notre famille lui accorde quotidiennement du temps. Il est un bon compagnon de vie, il est fougueux, espiègle et il fait maintenant partie de la famille. Tout cela grâce au temps et à l’amour de sa famille. Je ne regrette aucunement la décision que nous avons prise il y a deux ans. Aujourd’hui, avec l’expérience que j’en retire, j’aurais fait les choses différemment.

Pour terminer, si je peux me permettre de vous donner le conseil suivant : lorsque vous pensez à adopter un chien, faites d’abord l’inventaire de tout ce que cela implique. Vous aurez besoin de temps, de patience, de moyens financiers, encore du temps et encore de la patience. Vous aurez des nuits plus courtes, des petits dégâts dans la maison, des comportements à gérer et bien plus encore. Un animal ne vient pas avec un manuel d’instructions et parfois, lorsqu’on manque de temps ou de patience, on peut faire du tort à l’éducation de notre ami poilu. Si vous prenez le temps avec lui, vous aurez un ami fidèle qui sera là pour vous et qui vous donnera un amour inconditionnel. Qui vous donnera également autant de fous rires que de moments de tendresse. Il partagera avec vous vos joies, vos peines ainsi que ceux de vos enfants. Un chien bien éduqué est un chien bien équilibré. Il n’y a pas de mauvais chien, il y a simplement de mauvais maîtres. Rappelez-vous, ce n’est pas à votre chien de payer pour une mauvaise décision que vous avez prise. Soyez responsables dans vos choix d’adopter un nouveau compagnon poilu et il vous en sera éternellement reconnaissant. 

Notre page Facebook regorge d’informations pertinentes. Pour la consulter, c’est par ici.

Révision: Caroline Gagnon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.