Le cododo

Ma réalité
par Marie-Claude

MCCododo_Photo1Je suis une maman qui «cododote». Oui, je partage le même lit que mon enfant et oui, je l’assume. Même si ce mode de “nuit” ne fait pas l’unanimité auprès de certains experts, il n’en demeure pas moins qu’il est adopté par une majorité de parents dans plusieurs pays partout autour du monde.

Ma première expérience de cododo est arrivée lorsque mon petit homme avait un peu moins d’un jour. Il faisait nuit, le va-et-vient incessant des infirmières et les pleurs de mon bébé couché dans son petit lit de plastique me réveillaient aussitôt que je réussissais à m’assoupir, et je pouvais difficilement me lever pour consoler mon enfant puisque j’avais subi une césarienne.

Après des heures à demander à mon mari de me donner le bébé, de le recoucher, de me le redonner (le tout entrecoupé de prises de pouls et de “Reposez-vous, madame”), j’ai décidé de faire ce que j’avais lu de ne jamais faire pendant les neuf derniers mois : j’ai cododoté.

Je me suis fait un petit coussin avec ma veste de laine du côté fermé du lit, j’ai confortablement installé mon bébé dans le creux de mon bras de ce même côté et, magie (!), nous nous sommes tous deux assoupis et avons dormi notre plus long laps de temps depuis notre rencontre.

Une fois à la maison, j’ai d’abord installé mon petit homme dans son propre lit, dans notre chambre. Puis, lorsqu’il a eu environ 4 mois, j’ai capitulé et il a eu accès à notre lit familial. Au fil du temps, j’ai ajouté une, puis deux barrières de sécurité lorsqu’il a commencé à bouger dans son sommeil. Je me suis toujours assurée que rien ne pouvait restreindre ses mouvements ou sa respiration.

MCCododo_Photo2Maintenant, lorsque l’heure du dodo de mon coco arrive, je l’allaite pour l’endormir, puis je me glisse subtilement hors du lit pour aller profiter de mon temps libre avant d’aller le rejoindre pour la nuit. Mon enfant fait même ses siestes dans notre lit lorsque nous sommes à la maison.

Cela fait maintenant plus de 14 mois que nous cododotons en famille, en toute sécurité et en harmonie, et c’est la meilleure décision que j’ai prise par rapport à notre sommeil. L’allaitement s’en trouve facilité, je me réveille au moindre changement de respiration de mon petit homme et nous sommes bien collés au chaud! Et, surtout, je dors bien!

Certains nous demandent, à mon mari et moi, quand nous allons arrêter de cododoter. Eh bien, quand notre fils le voudra, tout simplement. Bien assez vite, il voudra son indépendance. Pour l’instant, nous profitons de chaque instant et nous n’avons aucun regret.

P.S. Cet article n’a pas pour but de convaincre quiconque de cododoter ou pas, mais plutôt de démontrer que tous les choix sont envisageables pourvu que le bébé soit en sécurité et heureux. Sur ce, bon (co)dodo! 😉

mm
Tous les articles avec la mention "MAO" comme auteur(e) proviennent d'auteur(e) s anonymes et/ou d'anciens collaborateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.