Je vais changer ma façon de consommer

La pandémie de la COVID-19 aura eu plusieurs impacts sur chacun d’entre nous. Elle aura fait réfléchir les uns, fait fâcher les autres. Dans mon cas, elle me pousse à revoir ma façon de consommer.

Consommer responsablement

Ma première prise de conscience

Ma première prise de conscience, je l’ai eue quelques mois après que mon conjoint et moi ayons accueilli notre fille. Je regardais notre condo 4 1/2, idéal pour un couple de travailleurs, devenu serré pour notre famille. Je me disais qu’il fallait déménager dans une plus grande maison. J’avais raison et c’est ce que nous avons fait, il y a presque deux ans. Nous avons pris soin de choisir la maison parfaite, celle où nous voulions passer le reste de notre vie. Elle est de dimension idéale, petite – principalement parce que je ne veux pas passer mes fins de semaine à la nettoyer – mais nous y sommes confortables. Puis, vint le moment où certaines pièces se sont mises à déborder…

Désencombrement

Le problème n’est pas la maison, mais bien nous! Notre princesse a traversé plusieurs étapes lors de sa croissance et, donc, certains objets, jouets ou vêtements ne conviennent plus. Et cela va si vite que ça s’empile partout! Alors voilà ce que j’ai fait de mes fins de semaine de confinement: le grand désencombrement. J’ai tout sorti de mes étagères et tiroirs en me demandant si chaque objet était toujours utile. Si oui, il fallait trouver le bon endroit où le ranger sur les tablettes bien époussetées. Si non, viennent les questions des 3R.

  1. Puis-je le réutiliser, le repenser? Par exemple, mes vieux linges à vaisselle, minces et troués, sont devenus, à l’aide de cire d’abeille, des couvre-plats réutilisables. Quelques déchets de moins.
  2. Puis-je le vendre? N’ayant eu qu’un seul enfant et considérant ma famille complète, plusieurs items sont encore en excellent état. Ils ont donc été mis en vente afin d’être réutilisés par un autre bébé. Écologique et économique.
  3. Recyclage ou ordure? Tous les biens ne pouvant être ni réparés, repensés ou vendus ont alors été mis à la poubelle ou au recyclage, selon le cas. C’est le moins gratifiant, mais il faut se souvenir que se débarrasser des rebuts met en valeur l’essentiel.

Consommer de façon responsable

Depuis ma grossesse, je commence à me poser plus de questions avant d’acheter. Ceci m’aide grandement à réduire le nombre d’achats impulsifs. Je le fais en premier lieu pour mon portefeuille, mais aussi pour la planète. Consommer de façon intelligente, c’est moins d’achats inutiles, moins de suremballage, moins de papier pour les factures. Ce n’est pas non plus se priver; si quelque chose me fait terriblement envie, je l’achète. Il ne faut quand même pas oublier de vivre non plus. Ce que je peux fabriquer moi-même, je le fais. Je suis fan de DIY. Je favorise le Costco pour les grandes quantités, donc moins d’allers-retours au magasin. Je privilégie le plus possible l’achat local.

Une autre réflexion que j’ai eue est que d’investir dans les travaux et les améliorations pour la maison ne sera jamais de l’argent perdu. Tout ce qui peut la rendre la plus confortable et utilitaire possible est le bienvenu. Cette épidémie nous aura fait comprendre que l’endroit le plus sûr est notre maison remplie d’amour et de souvenirs.

Une fois que tout est à sa place, que la maison est propre et bien rangée avec seulement l’essentiel, on se sent tellement mieux. Je compte bien inclure ma fille dans cette plaisante tâche lorsqu’elle sera plus grande. Je vous le recommande fortement!

Pour lire d’autres articles écrits par Isabelle Fournier, cliquez ici.
Pour nous suivre sur Facebook, cliquez ici.
Révision: Mélanie Trudeau

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer un commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.